Les îles des Princes
Kiziladalar

A 15 kilomètres au sud de la ville, l’archipel des Princes est formé de neuf îles dont cinq sont habitées. Retraites des empereurs déchus et des moines ascétiques, on y déportait également sous Byzance, les princes dont on ne voulait pas qu’ils accèdent au trône, de préférence en leur crevant les yeux. Les Ottomans se contentèrent d’y déporter les chiens des rues de la ville en 1910, sur l’îlot d’Oxia. Ils revinrent à la nage, ce qui fit regretter aux organisateurs de l’exode de ne pas avoir utilisé les méthodes amauroses des Byzantins. 
Léon Trotsky y a écrit en 1932, sa fameuse "Lettre de Prinkipo" sur la Révolution d'Octobre.

Sur chacune de ses îles, on trouve des traces de monastères des premiers temps du christianisme. Aujourd’hui il reste une dizaine de monastères orthodoxes, une vingtaine d’églises, six mosquées, trois synagogues et d’innombrables ayazma (sources sacrées).

Toute la bourgeoisie stambouliote passe l’été aux îles depuis la nuit des temps. Les maisons de bois rivalisent de beauté et d’originalité et sont entourées de jardins fleuris où les chats sont roi. Les clubs les plus mondains ont un pied-à-terre sur l’une ou l’autre de ces îles.

buyuk10.jpg (14075 octets)

buyuk010.jpg (14977 octets)

buyuk05.jpg (11598 octets)

fayton.jpg (14115 octets)

Ne copiez pas ce texte

 

 Rinaldo Tomaselli 1999-2012 © Copyright Istanbul Insolite Ltd