Musées
Palais
Mosquées
Eglises
Restaurants
Sports
Plages
Enfants


Centre d'Istanbul

Premier voyage à Istanbul
Low cost et vols de ligne
Hébergement
A voir / A faire

Visites guidées
Location de voitures  
Plans de ville et quartiers
Plan métro et tramway

Visites de quartier en groupe
Bosphore - Iles des Princes
Thrace - Dardanelles - Troade
Carte Turquie Ouest

Région Sud Marmara - Bursa
Musique en Turquie
Forum du site sur Facebook
Recherches

       
La Turquie : N'en rêvez plus... Allez-y !
       

Thrace

Kýyýköy & Ýðneada

 

 

 

 


Kýyýköy
 

Autres noms : Alydessos, Salmydessos, Medea, Μήδεια, Medeia, Midye, Midieh, Kýyýkent.
 
Kýyýköy est un village du district de Vize dans la province de Kýrklareli, sur les bords de la mer Noire de Thrace et qui recouvre la ville antique de Medea. Dans l’Antiquité, la ville est parfois mentionnée sous le nom de Salmydessos, en confusion avec une autre ville sur la mer Noire, en Asie Mineure. De nos jours, la municipalité compte un peu plus de 2 000 habitants.

Kýyýköy se trouve sur un promontoire dominant la mer et encadré par deux fleuves, le Kazandere au sud et le Pabuçdere au nord.

La ville ancienne possédait un port important et vivait du commerce et de la pêche, mais à part des mentions sur l’organisation de son Eglise à la période byzantine (la première en 763), son histoire reste assez obscure.
En 1352, une bataille s’est déroulée à proximité de Midye (nom de la ville au Moyen-âge) entre les Byzantins et les Ottomans qui l’annexent quelques années plus tard. Sous leur autorité, la petite ville reste prospère et est principalement habitée par des orthodoxes (Bulgares et Grecs). Une petite communauté catholique s’y développe au XVIIe siècle, ainsi qu’une Eglise orthodoxe autocéphale.

Kýyýköy est occupée avec toute la région en 1877-1878 par les Russes, puis en 1912-1913 par les Bulgares et entre 1920 et 1922 par les Grecs. Dans les dessins des vainqueurs de la Première guerre mondiale, la frontière entre l’Empire ottoman et la Grèce devait partir de Kýyýköy (encore dénommée Midye) pour aboutir à Enez dans le golfe de Saros, non loin de la frontière actuelle sur la Maritza (ligne Midye-Enez
ou Midia-Enos).

Après les échanges de population de 1923-24, la ville sera habitée par des réfugiés musulmans en provenance principalement de la région de Salonique (Thessalonique) en Grèce. Depuis 1960, la localité a pris officiellement le nom de Kýyýkent (Kýyýköy de fait), mais il est encore fréquent que les habitants des environs dénomment l’endroit par son nom ancien de Midye. L’évêché catholique latin de Kýyýköy (Médéa) est vaquant depuis 1982.
 
Le village actuel n’a jamais dépassé le périmètre de la ville antique ou même de la ville ottomane de Midye. Il vit surtout de la pêche et de l’exploitation forestière. Le tourisme s’y développe lentement, les infrastructures étant moindres. On trouve quelques restaurants près du port et quelques hôtels de catégorie moyenne. Il reste quelques traces de la ville ancienne, notamment les ruines du monastère troglodyte de Saint-Nicolas, un théâtre, des bains et une partie des remparts. Les vieilles maisons du village datent du XIXe siècle. Les plages ne sont pas très larges, mais longues et peu fréquentées. L’arrière-pays étant très sauvage c’est un endroit rêvé pour les excursions ou la pêche le long des deux fleuves (location de bateaux).

Monastère Saint-Nicolas (Aya Nikola Manastýrý)

Situé à 800 mètres à l’extérieur des remparts sud-ouest de la ville, le monastère a été creusé dans une paroi rocheuse. Il a été construit au milieu du VIe siècle. Une restauration importante a été effectuée par le métropolite Matthaios en 1856 qui a également fait construire des dépendances en bois à l’extérieur, en face des rochers. Celles-ci ont complètement disparu de nos jours.
L’ensemble monastique a conservé de beaux restes, notamment une chapelle, les cellules des moines, un réfectoire et des salles d’entrepôt. Une ayazma (eau sacrée) est dans les fondations.

Fortifications de Kýyýköy (Kýyýköy kalesi)

Les remparts de la ville ont été édifiés sous Justinien Ier au VIe siècle et améliorés au IXe et au Xe siècles. Les fortifications comprenaient un mur de défense ponctué de tours et de portes. Il entourait la colline de la forteresse, entre les fleuves Kazandere (sud) et Paduçdere (nord).
Plusieurs sections des remparts ont survécu ainsi que deux portes, dont celle de Vize qui a été restaurée en 1991. Un escalier de 180 marches relie la porte sud à la forteresse.

Ýðneada

Ýðneada est une petite station balnéaire à la frontière bulgare. Elle dépend du district de Demirköy dans la province de Kýrklareli et compte 2000 habitants qui vivent principalement de la pêche.

Pendant la période ottomane le village était grec, tandis qu’à l’intérieur des terres, les hameaux et les fermes éparpillées étaient surtout bulgares. De nos jours, les habitants de la région sont principalement originaires de Bulgarie (échanges de 1919 et 1924).

Ýðneada possède 26 km de plage, ce qui attire de nombreux estivants malgré l’éloignement. Cependant c’est l’écotourisme qui a pris de l’importance ces 10 dernières années. L’arrière-pays, jusqu'à la frontière bulgare est resté très sauvage. Elle compte sept lacs avec une flore et une faune très riches. La zone de forêts inondées et de marécages  est un parc national (Longoz Milli Parký).
Grâce à des sentiers balisés et / ou des guides avec barques, on peut accéder à cette merveille de la nature, à toute saison. 

Le village

Sur la plage d'Ýðneada

Parc de Longoz

Lac dans l
’arrière-pays
 


Carte de la région en 1912


Province de Kýrklareli

Personnages de Thrace :

Dionysos, dieu du vin et de la vigne

Dionysos est le fils de Zeus et de Sémélé, une mortelle décédée alors qu’elle était  en ceinte. Zeus tire son fils du ventre de sa mère et il s’entaille la cuisse avant d’y coudre l’enfant pour mener à terme sa gestation. « Etre né de la cuisse de Jupiter » est à l’origine de cette action (Zeus des Grecs = Jupiter des Romains).











 


Spartacus par D. Foyatier, 1830, musée du Louvre, Paris

Spartacus, le gladiateur

Selon les sources anciennes, Spartacus est né en Thrace vers 100 avant J.C. Peut-être avait-il été engagé de force dans la légion romaine et, ayant déserté, il a été repris et vendu comme gladiateur. Il est acheté par Caius Cornelius Lentulus Vatia et emmené dans son école de Capoue. Il parvint à s’enfuir avec 80 autres esclaves et prendra la tête de la révolte entre – 73 et – 71 en Italie du Sud. Il est tué dans la bataille de Lucanie par Crassus en 71 avant J.C.











 


Orphée (F. Stuck, 1801)

Orphée, Héros voyageur

Orphée était le
fils du roi de Thrace Œagre et de la muse Calliope. Il passe pour être l'inventeur de la cithare. Avec sa lyre, il savait charmer les animaux sauvages. Héros voyageur, il participa à l'expédition des Argonautes.














 

thrace02.jpg (8786 octets)
Carte réactive avec
points d'intérêt


Edirne

Ne copiez pas ce texte


Infos générales Istanbul / Infos générales Turquie occidentale  / Visiter Istanbul

 
   

IstanbulGuideNet sur
roxanephoto.jpg (1795 octets)    

 

istanbul Guide.net

1999-2013 © Copyright Istanbulguide.Net - R. Tomaselli
Aucune contrefaçon ne sera tolérée y compris pour
les pages qui ne sont plus affichées sur notre site
Sauf mention contraire, photos : Roxane Photo http://www.istanbul-photos.com/
D'autres photos sont disponibles également pour le journalisme sous :
http://www.istanbul-photos.com/photos.php
 -
http://www.turquie-photos.com/ et http://www.turquie-photos.com/photos.php

Adresse postale : Bahtiyar Sokak 2/6, Nişantaşı

Quel que soit votre pays, vous avez le choix entre des tomates hybrides F1 ou des variétés naturelles au goût d'antan
En quelques clicks, découvrez des variétés autochtones
étonnantes

Paudex

Ananas Noir

Ananas d'Italie

Village

Géante Belge

Ananas Vert

Des variétés du monde entier :

Les Amis de la Tomate sur
En plantant ces variétés anciennes dans son potager, sur sa terrasse ou son balcon, on contribue a sauver la biodiversité tout en s'opposant a la manipulation génétique a but commercial