Musées
Palais
Mosquées
Eglises
Restaurants
Sports
Plages
Enfants


Centre d'Istanbul

Premier voyage à Istanbul
Low cost et vols de ligne
Hébergement
A voir / A faire

Visites guidées
Location de voitures  
Plans de ville et quartiers
Plan métro et tramway

Visites de quartier en groupe
Bosphore - Iles des Princes
Thrace - Dardanelles - Troade
Carte Turquie Ouest

Région Sud Marmara - Bursa
Musique en Turquie
Forum du site sur Facebook
Recherches

       
La Turquie : N'en rêvez plus... Allez-y !
       


Bracelet du trésor de Priam


Troade

 

Troie

Autres noms : Τροία, λιον ou λιος, Ilion, Ilios, Ilium, Wilusa, Truwisa, Truva

Troie est une ancienne cité semi-légendaire d’Anatolie située près de la mer Egée, à l’entrée des Dardanelles (Çanakkale boğazı) et à l’ouest du Mt Ida.
Elle est connue surtout pour avoir été le cadre de la guerre de Troie décrite dans le cycle épique grec et dans l’Iliade attribué à Homère.


Ensemble du site (colline palatine)

La ville initiale portait le nom d’Ilion, Wilusa pour les Hittites. Une nouvelle ville fut construite sur le site où dans les environs, par les Romains (Ilium) qui prospéra jusqu'au transfère de la capitale à Constantinople, puis la ville déclina à la fin de l’Empire romain d’Orient.

L’emplacement exacte de la cité antique à toujours été sujet à caution, mais en 1865 le gouvernement ottoman autorisa un archéologue anglais, Frank Calvert à effectuer des fouilles sur une colline (Hisarlık), sur une parcelle achetée à un paysan du village voisin. En 1868 Heinrich Schliemann, homme d’affaires et archéologue allemand, commença également à creuser dans le même secteur.
Ces fouilles ont révélé plusieurs villes construites successivement une sur l’autre. Troie VII peut correspondre selon Schliemann, à la ville homérique.


Troie - Le fameux cheval (poterie)

Les historiens grecs plaçaient la guerre de Troie au XIIe, XIIIe ou XIVe siècles et une partie des archéologues modernes y font correspondre Troie VII. Les découvertes géologiques récentes ont permis de reconstituer la côte d’origine et les résultats corroborent avec l’emplacement de Troie de Schliemann.

Les Grecs et les Romains ont pris pour un fait l’historicité de la Guerre de Troie. Alexandre le Grand par exemple, a visité les lieux en 334 avant J.C. ainsi que les tombeaux d’Achille et de Patrocle qui sont à proximité.


Région de Troie avec les tombeaux d'Ajax, d'Achille et Patrocle

Les archéologues de différentes périodes ont mis à jour les restes de plusieurs cités construites successivement sur la colline de Hisarlık. Les différentes strates sont classées comme suit :

Troie I (3000-2600 avant J.C)
Troie II (2600-2250 avant J.C)
Troie III (2250-2100 avant J.C)
Troie IV (2100-1950 avant J.C)
Troie V (XXe-XVIIIe siècles avant J.C)
Troie VI (XVIIe-XVe siècles avant J.C)
Troie VII H (fin de la l’Age du Bronze – XIVe siècle avant J.C)
Troie VII A (1300-1190 avant J.C)
Troie VII B1 (XIIe siècle avant J.C)
Troie VII B2 (XIe sicle avant J.C)
Troie VII B3 (jusqu'à 950 avant J.C)
Troie VIII vers (700 avant J.C)
Troie IX Ilium / Ilios hellénistique (premier siècle avant J.C)

 

Le trésor du roi Priam
Le premières fouilles de Schliemann sont faites en 1868, puis il obtient l’autorisation de poursuivre par le gouvernement ottoman en 1871-1873 et 1878-1879. Il découvre une série de villes antiques qu’il identifie comme Troie et qui fait l’admiration du monde de l’archéologie. Schliemann trouve à Hisarlık ce qui va devenir le « trésor du roi Priam » et qu’il fera sortir de l’empire en le cachant sous les jupes de sa femme. Ce trésor sera exposé dans les musées de Berlin et disparaitra pendant la dernière guerre mondiale pour réapparaitre à Moscou à la chute des communistes. Réclamé en restitution par le gouvernement turc, l’authentification de trésor du roi Priam n’a jamais eu lieu. Les milieux intellectuels émettent de sérieux doutes sur son authenticité et plusieurs pensent à une mise en scène de Schliemann.

Parmi les objets retrouvés par Schliemann il y avait un bouclier, un chaudron, des pointes de lance en cuivre, des vases, des lames de couteau en argent, des petits pots et des gobelets en or. Un des grands vases en argent contenait des parures, un bandeau frontal, deux diadèmes, six bracelets, quatre pendentifs, 56 boucles d’oreille et 8750 boutons et anneaux, le tout en or.

Sans parler de sa découverte aux autorités ottomanes, Schliemann fait transporter le trésor par bateau jusqu’au Pirée. C’est depuis Athènes qu’il envoya des messages en Europe faisant mention de sa découverte. Les autorités ottomanes attaquèrent Schliemann devant les tribunaux grecs, mais ceux-ci ne le condamnèrent qu’à un dédommagement de 10 000 francs-ors. Cependant il versa de lui-même, en grand seigneur, 50 000 francs-ors au musée impérial d’Archéologie d’ Istanbul et resitua quelques pièces d’intérêt secondaire.
Schliemann proposa son trésor à Athènes, puis au musée du Louvre et à l’Ermitage de Saint-Pétersbourg. Entre 1877 et 1880, il fut exposé à Londres avant de rejoindre Berlin en 1881. En 1886, les autorités ottomanes approuvent le rachat des pièces du trésor qui devaient être restituées à l’empire, mais toujours en dépôt à Athènes, puis les années suivantes, plusieurs objets découverts ultérieurement à Hisarlık, sont ajoutés à la collection exposée au Völkerkunde Museum jusqu’en 1939.

En guise de dédommagement, les autorités soviétiques qui occupèrent Berlin en 1945, exigèrent le trésor de Troie (entre autres). Il fut envoyé au musée Pouchkine le 10 juillet 1945, mais ne fut jamais exposé.
En 1987, le musée Pouchkine annonça le trésor de Troie dans liste de son patrimoine. Ce n’est qu’en 1996 que l’on exposa pour la première fois à Moscou le trésor de Priam dont quelques pièces avaient été soustraites en restitution à la RDA dans les années 1950 et à l’Allemagne Fédérale en 1992.

La question d’une restitution à l’Allemagne n’est pas à l’ordre du jour à Moscou, mais même si l’Etat allemand est l’héritier de Schliemann, celui-ci avait quand même volé le trésor de Priam aux autorités ottomanes, donc à la Turquie moderne. De ce fait, le trésor est restituable non pas à l’Allemagne, mais bel et bien à la Turquie qui d’ailleurs en a fait la demande à la Russie.
Le Neues Museum de Berlin présente autour des pièces remises par les Soviétiques à la RDA, des copies du reste du trésor de Priam.

 La salle Schliemann du Neues Museum de Berlin

Les fouilles se sont poursuivies sur le site après Schliemann, notamment en 1893-1894, en 1932-1938. En 1988 l’université de Tübingen et celle de Cincinnati ont excavé plusieurs sites dans les environs immédiats et ont mis à jour des témoignages d’une importante bataille (pointes de flèches, os humains endommagés, etc.). Ce qui ne prouve pas une quelconque guerre de Troie, mais une juste une grande bataille.

En 1993, grâce à l’imagerie magnétique ont a retrouvé dans les champs autour de la ville délimitée, des fossés et les restes d’une ville plus tardive grecque et romaine. Des vestiges découverts dans le fossé dataient de la l’Age du Bronze tardif, donc de l’époque présumée de la Troie homérique. Il est a noté que le fossé délimitait une ville beaucoup plus grande de ce qui avait été pensé auparavant, soit la colline palatine de Hisarlık. Cette vaste ville daterait donc d’environ 1250 avant J.C, donnerait ainsi la preuve qu’il s’agit bien là de la Troie semi-légendaire.

En 2006, d’autres fouilles ont révélé de surprenantes traces de civilisation hittite. Dans les années 1920 déjà on avait émis l’hypothèse d’une présence hittite sans toutefois pouvoir le prouver scientifiquement.

Les fouilles se poursuivent actuellement. Depuis 1998 l’UNESCO a inscrit le « site archéologique de Troie » sur la liste du patrimoine mondial.


Troie - Restes des remparts


Troie - Théâtre

Visite du site :
Le site de Troie est loin d’être spectaculaire car il n’existe plus de grand bâtiment sur la colline palatine. Les ruines dégagées racontent l’histoire de neuf villes successives et s’entremêlent. Il n’est donc pas aisé de distinguer les différentes périodes. Par contre la visite est facile et agréable grâce à des zones ombragées.

Le site est particulièrement visité par des Anglo-Saxons, notamment des Australiens qui se rendent dans les Dardanelles, premier conflit où le pays s’engagea dans son histoire.
Il est interdit de fumer en plein-air afin de ne pas déranger la rigueur des Anglo-saxons.

A l’entrée, un ridicule cheval de Troie rappelle le visiteur qu’il est en Troade, haut lieu légendaire et historique (et pas a Disneyland)…


Carte des découvertes archéologiques entre Kumkale et le Cap Sigeion éditée par L'université de Tübingen

Infos générales Istanbul / Infos générales Turquie occidentale  / Visiter Istanbul
 

gallipolimap.jpg (13439 octets)


 

Ne copiez pas ce texte


Infos générales Istanbul / Infos générales Turquie occidentale  / Visiter Istanbul

 
   

IstanbulGuideNet sur
roxanephoto.jpg (1795 octets)    

 

istanbul Guide.net

1999-2013 © Copyright Istanbulguide.Net - R. Tomaselli
Aucune contrefaçon ne sera tolérée y compris pour
les pages qui ne sont plus affichées sur notre site
Sauf mention contraire, photos : Roxane Photo http://www.istanbul-photos.com/
D'autres photos sont disponibles également pour le journalisme sous :
http://www.istanbul-photos.com/photos.php
 -
http://www.turquie-photos.com/ et http://www.turquie-photos.com/photos.php

Adresse postale : Bahtiyar Sokak 2/6, Nişantaşı

Quel que soit votre pays, vous avez le choix entre des tomates hybrides F1 ou des variétés naturelles au goût d'antan
En quelques clicks, découvrez des variétés autochtones
étonnantes

Paudex

Ananas Noir

Ananas d'Italie

Village

Géante Belge

Ananas Vert

Des variétés du monde entier :

Les Amis de la Tomate sur
En plantant ces variétés anciennes dans son potager, sur sa terrasse ou son balcon, on contribue a sauver la biodiversité tout en s'opposant a la manipulation génétique a but commercial