Musées
Palais
Mosquées
Eglises
Restaurants
Sports
Plages
Enfants


Centre d'Istanbul

Premier voyage à Istanbul
Low cost et vols de ligne
Hébergement
A voir / A faire

Visites guidées
Location de voitures  
Plans de ville et quartiers
Plan métro et tramway

Visites de quartier en groupe
Bosphore - Iles des Princes
Thrace - Dardanelles - Troade
Carte Turquie Ouest

Région Sud Marmara - Bursa
Musique en Turquie
Forum du site sur Facebook
Recherches

       
La Turquie : N'en rêvez plus... Allez-y !
       

tepekoypanayia.jpg (8382 octets)
Tepeköy - Agridya
 

Thrace

île d'Imbros
Gökçeada - Ίμβρος

 

 

 

Infos pratiques
Tourisme / A voir -  à faire / Déplacements / Fêtes et festivals 

Histoire
Les villages

L'île d'Imbros (ou Imros en français et anciennement İmroz en turc) fait partie de la province de Çanakkale. Avec Ténédos (Bozcaada), elle commande l'entrée du détroit des Darnadelles.

Histoire

Les premières traces d’habitations datent d’environ 2000 avant J.C. De toute évidence, il s’agit d’un peuple proto-hellène. Plus tard, des Pélasgiens apparentés aux Troyens ont envahi Lemnos, Samothrace et Imbros.


Poseïdon possédait ses légendaires écuries à Imbros

L’île  fut neutre pendant la guerre de Troie et tomba par la suite sous la dépendance d’Athènes, puis sous l’autorité perse vers 515 avant J.C.
En 193, Imbros tombe aux mains des Romains et est incorporée à l’empire. En 767, l’île doit faire face aux invasions slaves et bulgares qui déportent 2500 habitants qui seront rendus à l’empereur byzantin en 769. Une partie des captifs s’installera dans un quartier de la capitale (Studion), d’autres iront fonder le village d’Imbros en Crète et une partie retournera sur l’île.

Lors de l’invasion latine de l’empire en 1204, l’île sera, tout comme la capitale, occupée jusqu’en 1261 où l’empereur la récupérera. L’appartenance ne changera plus jusqu’en 1456 où le sultan Mehmet II le Conquérant l’incorpore à l’empire ottoman. Mais pendant les années 1457 / 58, Imbros est administrée par le pape avant de repasser à l’Empire ottoman et, à part une courte occupation vénitienne (1466 – 1470) et russe (1770-1774), ils la  garderont jusqu’à la guerre des Balkans (1912).


Une église de Dereköy

Lors du partage de la Roumélie (partie européenne de l’empire) par les petits pays balkaniques soutenus par les puissances occidentales, l’île d’Imbros fut arrachée aux Ottomans et incorporée provisoirement (11 ans) au royaume de Grèce. Les visées territoriales des puissances occidentales furent garanties par la capitulation de l’Empire ottoman en 1918. Aussitôt, l’Angleterre, la France et l’Italie se partagèrent les territoires orientaux, tandis qu’une grande partie des territoires occidentaux étaient partagés entre leurs alliés. Toute la Thrace, la région de la Marmara et les côtes de l’Asie Mineure furent occupées par la Grèce, soutenue par l’Angleterre. Mais l’armée républicaine turque réussit à libérer de grandes zones en Anatolie en se battant autant contre les Grecs que les Italiens et les Français. Ainsi, le Traité de Sèvres, qui ne laissait aux Ottomans qu’un morceau du plateau anatolien, ne fut jamais signé, et il fallu composer avec Mustafa Kemal Atatürk, le chef du mouvement national turc. C’est en 1923 qu’un nouveau traité fut signé (Lausanne), la même année que la déclaration d’indépendance de la République turque. Les îles d’Imbros et de Ténédos revinrent à juste titre à la Turquie, tout en prévoyant une autonomie au sein de la république.


Habitantes grecques de l'île

Les échanges des populations musulmanes de Grèce et orthodoxes de Turquie (1924) n’allaient pas affecter l’île d’Imbros, qui comme la Thrace grecque, Istanbul et Ténédos, n’était pas concernée.

Entre 1923 et 1964, l’île connue un relatif développement et une quasi autosuffisance. Plusieurs fabriques d’huile d’olive, l’exportation d’animaux sur pied et la production d’éponges, étaient les pièces principales de l’économie d’Imbros. Le tourisme commença à se développer en même temps qu’à Marmaris ou à Bodrum, dans les années 1950 (stoppé net entre 1964 et 1987).

Le déclin de l’île et l’exode de sa population d’origine commencent en 1964 précisément. A la suite des différents politiques entre la Grèce et la Turquie au sujet de la minorité turcophone de Chypre, les problèmes allaient s’accentuer pour les turcophones de Thrace (musulmans) et pour les hellénophones de Turquie (orthodoxes).

Ainsi, de fortes pressions furent exercées sur les minorités des deux pays pour les forcer à partir. Ce qui fut quasiment accompli en 1980, quand on arrêta ces pressions. La population orthodoxe d’Imbros est passée de 5487 en 1960 à 492 en 1980. Le gouvernement trouva plusieurs méthodes pour se débarrasser des orthodoxes de l’île. La première fut d’installer une prison ouverte où les prisonniers pouvaient se balader librement la journée et violenter la population des villages. Une autre mesure fut celle d’amener des colons pour lesquels ont expropria les terres des paysans locaux. On fit construire 6 nouveaux villages et la population turcophone passa de 289 personnes en 1960 à 7114 en 1980. Les bagnards commencèrent à s’attaquer aussi aux colons, désormais plus nombreux, et on ferma définitivement la prison en 1987.


En 1973, 1900 colons originaires de la région de Trébizonde (Trabzon) sont installés à
1400 km de chez eux, dans le nouveau village construit pour eux (Şahinkaya) à proximité de
Dereköy, pour faire chuter le pourcentage des Grecs du bourg.

Depuis cette date, l’île respire à nouveau et la courbe de son économie se redresse petit à petit. Des orthodoxes natifs d’Imbros et émigrés dans les années sombres à Istanbul, sont revenus au pays. Le tourisme commence à se développer lui aussi. Sans cette triste période des années 60-70, l’île aurait pu touristiquement se développer autant que les stations balnéaires du sud du pays (Bodrum, Fethiye, Marmaris). Avec l’évolution des mentalités, on peut toutefois espérer qu’en cas d’essor touristique, Imbros ne connaîtra pas les traces indélébiles laissées par les bétonneuses dans certaines stations de Turquie.

Géographie :
L’île de Gökçeada (en turc), Imbros
ou Imros (en français) ou Imvros (en grec), se situe dans l’Egée du nord à 18 km de Samothrace et à 10 de Lemnos. La Péninsule de Gallipoli (Gelibolu), se trouve à 9 km.  Avec ses 290 km2 et ses 95 km de côtes, c’est la plus grande des îles de Turquie tout en formant le point le plus à l’ouest du pays.
Les côtes du nord sont très rocheuses alors que celles du sud ont de longues plages. L’intérieur de l’île est montagneux et contient quatre vallées (Kefalos à l’est, Castro au nord-est, Shinudy à l’ouest et Agridya au nord-ouest), avec plusieurs lacs (dont certains sont artificiels). L’eau y est plus abondante que dans les autres îles de l’Egée. L'île est une masse volcanique, dont la plus haute montagne s’élève à 670 mètres.




Carte de l'île avant la création des colonies


Liaisons des îles avec le continent

Population :
L’île n’est pas encore arrivée à compter une population aussi nombreuse que lorsqu’elle faisait partie de l’Empire ottoman. Ainsi, en 1886, on dénombrait 9500 habitants (orthodoxes), tandis qu’aujourd’hui, la population permanente de l’île est d’environ 7000 personnes (très majoritairement musulmanes).
On distingue trois groupes dans les habitants actuels d’Imbros. Le premier groupe, le moins nombreux, est composé d’habitants d’origine de l’île. Ils sont de langue grecque et de religion orthodoxe. Ils ne représentent plus que 10 % de la population totale, alors qu’en 1960, ils formaient 95 % des insulaires.
Le second groupe est celui des colons installés par le gouvernement dans les années 1964 – 1970. Ils habitent dans cinq villages créés pour eux et dans le chef-lieu (Merkez). Les colons sont originaires principalement des régions de Muğla, Isparta, Trabzon, Diyarbakır et Siirt. Le troisième groupe est formé de fonctionnaires ou anciens fonctionnaires qui se sont installés là dans les 30 à 40 dernières années.
La religion musulmane domine dans l’île depuis 1970, cependant les alévis sont présents aussi.


Mme Efterpi Zguromali a donné son surnom (Efi) aux pâtisseries aux amandes (Efibadem), spécialité d’Imbros

Langues
Selon les accords de Lausanne, le grec est la langue officielle de l’île. La Turquie compte en effet une seule langue nationale (le turc), mais aussi trois langues officielles (grec, arménien, français). Cependant, l’article 14 du traité relatif à Imbros et Ténédos n’est plus appliqué depuis les années 70. Le turc reste donc la seule langue officielle et enseignée dans l’île. Tous les noms des villages et des lieux-dits sont indiqués en turc, même ceux peuplés majoritairement de Grecs. L’ancien nom de l’île en turc, Imroz, a été remplacé par Gökçeada. Il désigne aussi parfois le chef-lieu (Panaghia) que la population appelle plus couramment Merkez.
Le grec est parlé par les insulaires d’origine, tandis que le turc, le kurde et le laze sont les langues parlées par les colons et les fonctionnaires. Le français et l’anglais sont des langues étrangères parfois parlées par les tenanciers des pensions et/ou restaurants.

Economie :
Pratiquement auto-suffisante dans les années 1940, l’île a vu son économie chuter dans les années 1970 – 1980. Depuis le milieu des années 90 et surtout après la fermeture du bagne, le niveau de l’économie s’est largement amélioré, mais le quart des habitants d’Imbros s’expatrie du printemps à l’automne, et travaille sur le continent. L’apport touristique n’est pas suffisant et une majorité d’insulaires sont agriculteurs.
La principale production de l’île est l’huile d’olive, mais on exporte également les produits de la pèche, le miel de thym ou de pin, du vin, des éponges et de l’artisanat local (céramique, broderie, vannerie).


Le fameux savon naturel d'Imbros (İmbroz sabunları)


La fameuse purée de tomates d'Imbros est généralement confectionnée
avec une variété de tomates locales de couleur rose, parfumée et acidulée

La confiture d'olive est une autre spécialité de l'île


Pour les gourmets et les gourmands, il est impossible de séjourner à Imbros sans
déguster le fameux café "roum" et la crème à la gomme arabique
(Dibek kahvesi / Sakızlı muhallebi)


Le restaurant de Madam Evstratia à l'entrée du village
de Zeytinli est connu pour ses pitas au fromage et aux herbes qui
se mangent a toute heure

Enseignement :
L’île compte 4 écoles primaires, 3 lycées et l’université de Çanakkale a installé une de ses branches à Merkez. Toutes les écoles grecques ont été fermées lors de la crise chypriote. Contrairement à Istanbul, l’enseignement était uniquement en turc, mais depuis 2013 une école primaire de langue grecque est de nouveau ouverte.


Ecole primaire de langue grecque


Le patriarche de l'Eglise orthodoxe Bartholomé Ier, natif d'Imbros, en visite en avril 2013

Liste des villages (en turc / en grec)

Merkez (Imroz - Cinarli) / Panaghia
Agridya / Tepeköy
Castro / Kaleköy
Eselek / Eseleki
Evlampio / Yeni Mahalle
Gliky / Bademli
Haghi Theodory / Zeytinli
Kuzu Limani / Haghios Kyrikas
Sahinkaya / Nea Shinudy
Shinudy / Dereköy
Sirinköy
Spilya / Pinarbasi
Ugurlu / Ougourlou
Yeni Bademli / Nea Gliky

poseidon2.jpg (11681 octets)
Poseïdon, symbole d'Imbros 
imbros1.jpg (7897 octets)
Cöte de Marmaros
imbros.jpg (10663 octets)
Merkez - Panaghia
zeytinli.jpg (10913 octets)
Zeytinlik - Saint-Théodory

gallipolimap.jpg (13439 octets)

Infos pratiques
Tourisme / A voir -  à faire / Déplacements / Fêtes et festivals 

Histoire
Les villages

Hébergement près de ce site
Week-ends autour d'Istanbul / Région Marmara / Egée du Nord / Hébergement ailleurs en Turquie

Ne copiez pas ce texte


Infos générales Istanbul / Infos générales Turquie occidentale  / Visiter Istanbul


 
   

IstanbulGuideNet sur
roxanephoto.jpg (1795 octets)    

 

istanbul Guide.net

1999-2013 © Copyright Istanbulguide.Net - R. Tomaselli
Aucune contrefaçon ne sera tolérée y compris pour
les pages qui ne sont plus affichées sur notre site
Sauf mention contraire, photos : Roxane Photo http://www.istanbul-photos.com/
D'autres photos sont disponibles également pour le journalisme sous :
http://www.istanbul-photos.com/photos.php
 -
http://www.turquie-photos.com/ et http://www.turquie-photos.com/photos.php

Adresse postale : Bahtiyar Sokak 2/6, Nişantaşı

Quel que soit votre pays, vous avez le choix entre des tomates hybrides F1 ou des variétés naturelles au goût d'antan
En quelques clicks, découvrez des variétés autochtones
étonnantes

Paudex

Ananas Noir

Ananas d'Italie

Village

Géante Belge

Ananas Vert

Des variétés du monde entier :

Les Amis de la Tomate sur
En plantant ces variétés anciennes dans son potager, sur sa terrasse ou son balcon, on contribue a sauver la biodiversité tout en s'opposant a la manipulation génétique a but commercial