Musées
Palais
Mosquées
Eglises
Restaurants
Sports
Plages
Enfants


Centre d'Istanbul

Premier voyage à Istanbul
Low cost et vols de ligne
Hébergement
A voir / A faire

Visites guidées
Location de voitures  
Plans de ville et quartiers
Plan métro et tramway

Visites de quartier en groupe
Bosphore - Iles des Princes
Thrace - Dardanelles - Troade
Carte Turquie Ouest

Région Sud Marmara - Bursa
Musique en Turquie

Recherches

       
La Turquie : N'en rêvez plus... Allez-y !
       


Pergame -
Vue générale du site antique

Ionie et Lydie

 

 

 

Pergame
Bergama

Pergame est sans doute l’un des plus beaux sites antiques de Turquie, mais aussi l’un des plus étendu, dans un décor fabuleux.
On ne connaît pas vraiment les origines de la fondation de Pergame qui a appartenu successivement au Lydiens et aux Perses. La dynastie du royaume commence avec Philétairos (283-263 av. J.C.) et fini en 133 avant J.C., avec la mort d’Attale III. A cette date, la ville et le royaume deviennent romains. Pergame sera encore prospère à la période byzantine, mais dès le début de la période seldjoukide, la ville va décliner, pour se réduire à une petite ville de province, ce qu’elle est encore aujourd’hui.

La ville moderne de Bergama, ne couvre qu’une partie du site, au fond de la vallée du Bergama Çay, au-dessous de l’acropole qui domine une colline à 335 m d’altitude. C’est là, que sont concentrés les monuments les plus importants des périodes hellénistique et romaine.

En arrivant de la côte, avant de pénétrer en ville, on peut voir les tumuli de la nécropole hellénistique et romaine, qui recouvrent les tombes à chambres.
A gauche de la nécropole, une route d’un km et demi, conduit à l’Asclépion, un des plus réputés de l’Antiquité avec ceux d’Epidaure et de Cos.
Une voie sacrée, longue d’environ 1 km, large de 3,5 m et bordée en partie, de colonnades doriques voûtées, conduisait de la ville basse aux Propylées, construits sur le côté est du sanctuaire, vers 150, sous Antonin le Pieux, par le prêtre et historien, Claudius Charax. Les Propylées étaient précédés vers la ville, d’une cour entourée sur trois côtés, de portiques aux colonnes corinthiennes. Les façades étaient faites de quatre colonnes surmontées d’un fronton. Ils communiquaient avec le sanctuaire par un escalier de 13 marches.

Le temple d’Asclépios, élevé en 142 par le consul Lucius Rufinus, avait la forme d’une rotonde, inspirée sans doute du Panthéon. La coupole en était décorée de mosaïques. Dans les murs épais de 3,35 m, s’ouvraient intérieurement, sept niches où étaient exposées des statues (à Berlin aujourd’hui). A l’époque paléochrétienne une basilique flanquée d’un baptistère fut construite à l’emplacement du temple.
Au centre de la cour, l’eau de la source sacrée jaillissait d’une gueule de lion et se déversait dans un bassin.

Près du pont de Musluk, se dressent encore les ruines imposantes du Kızıl Avlu, la basilique Rouge, église à trois nefs, dont les collatéraux étaient surmontés de tribunes. Elle était précédée d’un vaste atrium. Cette basilique, dédiée à saint Jean ou à saint Paul, fut aménagée dans un édifice de l’époque d’Hadrien, qui avait été peut-être, un temple de Sérapis, si l’on en juge par plusieurs colonnes décorées de reliefs de style égyptien.
La porte principale de la ville hellénistique appartenant à l’enceinte, due vraisemblablement à Eumène II, se trouvait au sud, dans la plaine. Elle révèle d’emblée le goût du faste théâtral caractéristique de l’architecture des Attalides. Défendue par des bastions angulaires, elle comprenait une grande cour bordée de portiques avec une fontaine et des bancs.
De là, une grande rue menait à l’agora de la ville basse, aménagée aussi par Eumène II. L’agora était une grande cour rectangulaire, encadrée de portiques doriques à deux étages. Des quartiers d’habitations s’étendaient de part et d’autres de l’agora, au pied de l’acropole, à l’abri des remparts.


Pergame, reconstitution de l'acropole

En montant vers l’acropole, on atteint d’abord les terrasses étagées du gymnase. Le long de la rue, un mur de soutènement haut de 13 mètres, supportait la terrasse inférieure, large d’environ 10 mètres. Cette terrasse constituait le gymnase des enfants.
La terrasse suivante, dite terrasse intermédiaire, à 12 mètres au-dessus de la première, comportait un temple ionique consacré à Hermès et à Héraclès, protecteurs de l’athlétisme. La terrasse comportait également le gymnase des éphèbes (10 à 15 ans). Elle est suivie de la terrasse supérieure à 14 mètres au-dessus, où se trouvait le gymnase des adultes, avec d’autres bâtiments, fontaines et la statue du roi de Pergame. Au sud de cette terrasse, il y avait une galerie souterraine de 212 mètres de long et 7 de large, qui servait de piste de course.
Cette troisième terrasse était dominée par une haute falaise rocheuse, que couronnait le temple d’Héra Basileia, construit par Attale II en 150 avant J.C. Un autre temple consacré à Asclépios, se dressait à l’est, sur un éperon rocheux.
A l’ouest du temple d’Héra, se situait le temple de Déméter. Au nord du gymnase, la grande rue s’infléchissait vers l’ouest et passait au-dessus des sanctuaires d’Héra et de Déméter pour contourner la croupe qui, par une pente douce, se rattache à l’acropole. On traverse la ville moyenne, qui fait l’objet de fouilles actuellement. La rue remonte ensuite vers le nord, suivant le tracé de l’enceinte d’Attale Ier et qui aboutit à l’agora de la ville haute, construite par Eumène II, sur une terrasse à 277 mètres d’altitude.
Il fallut d’importants travaux de remblai, à l’emplacement de plusieurs édifices antérieurs qui furent rasés et enterrés, pour aménager à 15 mètres au-dessus de l’agora, l’esplanade de l’autel monumental de Zeus et d’Athéna, pour commémorer les victoires du royaume de Pergame, sur les Gaulois. Pierre par pierre, les Allemands l’ont transporté à Berlin et reconstitué, dans leur musée.
Sur l’acropole, on verra encore le sanctuaire d’Athéna, construit par Eumène II, pour commémorer ses victoires sur les Séleucides et les Gaulois et transformé plus tard en église. On verra aussi les restes de la fameuse bibliothèque et le quartiers des palais, les arsenaux et surtout le théâtre, remarquablement logé et comportant 80 gradins.


Vue d'une partie de la vieille ville de Bergama

 

Dans la ville moderne de Bergama, le musée Archéologique regroupe énormément d’objets retrouvés sur place, malgré le pillage allemand du siècle passé.

Hébergement près de ce site
Week-ends autour d'Istanbul / Région Marmara  / Hébergement ailleurs en Turquie

pergame.jpg (12326 octets)
Pergame - Le théâtre
pergame2.jpg (10903 octets)
Pergame - L'Asclépion

izmirlogo.jpg (9308 octets)      meandrelogo.jpg (8428 octets)

Ne copiez pas ce texte
  Goûtez les variétés anciennes de tomates turques
pendant votre séjour ou mieux, plantez et récolez
ces merveilleuses tomates chez vous
 

         

Infos générales Istanbul / Infos générales Turquie occidentale  / Visiter Istanbul


Aidez-nous à améliorer cette page

 

istanbul Guide.net

1999-2013 © Copyright Istanbulguide.Net - R. Tomaselli
Aucune contrefaçon ne sera tolérée y compris pour
les pages qui ne sont plus affichées sur notre site
Sauf mention contraire, photos : Roxane Photo http://www.istanbul-photos.com/
D'autres photos sont disponibles également pour le journalisme sous :
http://www.istanbul-photos.com/photos.php
 -
http://www.turquie-photos.com/ et http://www.turquie-photos.com/photos.php

Adresse postale : Bahtiyar Sokak 2/6, Nişantaşı