Musées
Palais
Mosquées
Eglises
Restaurants
Sports
Plages
Enfants


Centre d'Istanbul

Premier voyage à Istanbul
Low cost et vols de ligne
Hébergement
A voir / A faire

Visites guidées
Location de voitures  
Plans de ville et quartiers
Plan métro et tramway

Visites de quartier en groupe
Bosphore - Iles des Princes
Thrace - Dardanelles - Troade
Carte Turquie Ouest

Région Sud Marmara - Bursa
Musique en Turquie
Forum du site sur Facebook
Recherches

       
La Turquie : N'en rêvez plus... Allez-y !
       

Troade - Dardanelles

 

 

 

Lapseki / Λάμψακος / Lampsaque

Autres noms connus : Lepsak, Lampsakos, Lampsacus, Pityussa, Bébrycie.

Si Lapseki n’est aujourd’hui qu’un petit bourg agricole, paisiblement installé à l’entrée des Dardanelles, en face de Gallipoli (Gelibolu), autrefois, la place était importante.

La ville de Lampsaque, a été fondée par des Ioniens de Phocée et de Milet, au VIIe siècle avant J.C. Elle a appartenu successivement aux Lydiens et aux Perses. Plus tard la ville à rejoint la ligue athénienne, puis a été conquise par Alexandre-le-Grand, avant de tomber sous l’autorité romaine, en 190 avant J.C.

Dans l’Antiquité, la ville possédait le plus grand temple d’Asie Mineure dédié à Priape (Priapos). Ce dieu né de Dionysos et d’Aphrodite, était représenté affublé d’un énorme phallus en érection perpétuelle (d’où le nom priapisme). Priape était surtout adoré en Asie Mineure, mais aussi en Grèce et en Italie. Il personnifiait la virilité mâle et l’amour physique. De grandes fêtes étaient données à Lampsaque et à Rome en son honneur, que l’on appelait les priapées. On lui sacrifiait des ânes, animal qu’il détestait.


Découverte récente a Lapseki (2012) - Musée Archéologique de Çanakkale


Représentation de Priape



 

Lampsaque était aussi la patrie d’hommes célèbres, tels que le sculpteur Lysippe, l’historien Charon, les philosophes Anaximène, Adimante, Straton, Métrodore. Epicure y a également vécu trois ans. Saint Tryphon, martyre à Nicée vers 250, a été enterré dans sa ville. Son tombeau était un lieu de pèlerinage. Le premier évêque connu de Lampsaque est saint Parthénius, sous Constantin-le-Grand (IVe siècle).
D’autres saints des Eglises orthodoxe et syrienne, étaient originaires de Lampsaque : Pierre, Denise, André et Paul. Martyrisés en 251.















St-Tryphon se fête le 1er février selon le calendrier orthodoxe

La ville a décliné au début de la période byzantine. A la période ottomane, il ne s’agit plus que d’un bourg habité essentiellement par des Grecs jusqu’aux échanges de population en 1923. Les anciens habitants ont fondé un village en Eubée en lui donnant le nom de Neo Lampsakos (Nouvelle Lapseki), tandis que s’installaient des réfugiés de Grèce dans l’ancien village.
Comme ailleurs dans les Dardanelles et en Thrace, beaucoup de Tziganes chassés de Grèce se sont établis à Lapseki. Ils ont leur propre quartier et chaque année en avril, ils organisent une fête tzigane.


 

Lapseki n’a pas retrouvé son rayonnement du passé antique, mais c’est une petite ville de province où il fait bon vivre. Elle fait office de centre agricole pour les villages de la région. La pêche est largement pratiquée, mais l’industrie est quasiment inexistante. Grâce aux lignes maritimes, notamment celle la reliant à Gallipoli (Gelibolu), Lapseki n’est pas isolée. Le tourisme (national) progresse lentement et est attiré par les possibilités de combiner les sports balnéaires et les excursions dans l’arrière-pays qui offrent de jolis paysages, des sites historiques de moyennes importances et des sites naturels préservés.


Vue du ferry

De la ville ancienne de Lampsaque, il ne reste qu’un morceau du rempart romain et une nécropole. Des fouilles ont été entreprises et on a trouvé dans le village et ses environs, de nombreuses pièces de monnaie, des poteries, des statuettes et d’autres objets, dont la plupart sont au British Museum et au Louvre. Quelques trouvailles sont exposées aux musées de Çanakkale et d’Istanbul. Les passionnés d’archéologie risquent de rester un peu sur leur faim à Lapseki. Il faut se rendre dans les environs proches, sur la côte ou dans la vallée de Biga, pour se satisfaire.


Hammam ottoman
Le centre de la ville compte quelques belles maisons anciennes et un hammam ottoman (rue Zafer Caddesi), mais pas de constructions bouleversante et si l’ensemble à un cachet, c’est surtout grâce à son site naturel à l’entrée des Dardanelles.
 

La sculpture du cheval ailé qui trône au port est celle de Pégase (Pegasus). La municipalité de Lapseki a dédié cette statue au célèbre cheval de la mythologie grecque que l’on retrouve chez les Louvites et aussi dans la mythologie turque sous le nom de Tulpar. Le cheval divin est né avec son frère Chrysaor du sang de Méduse à Pegai (l’actuelle Biga) d’où il tire son nom.

 

 

 

 

 

 

 


Pégase

La région de Lapseki et, d’une manière générale tout le détroit des Dardanelles, a une terre agricole très fertile. On peut donc trouver des fruits et des légumes de première qualité, même s’il y a des exceptions avec des productions intensives. Plusieurs fruits et légumes sont endémiques (pêche, tomate, poivron, piment doux). Les pêches et les cerises de Lapseki sont d’un format impressionnant, tandis que les tomates des Dardanelles (Çanakkale domatesi), de couleur rouge ou rose selon la variété, sont elles aussi de bonne grandeur. Malheureusement, comme ailleurs dans le pays, la tomate hybride F1 a bien failli faire disparaître les autochtones.

La cerise a droit à son festival chaque année. C’est l’occasion de trois jours de fête avec des concerts, des groupes folkloriques et des concours, notamment celui du meilleur producteur de cerises de l’année.


Concert au festival de la Cerise


Taille exceptionnelle des cerises de Lapseki

Naturellement, on trouve tous les produits dérivés des fruits et légumes cultivés dans la région, notamment de fameuses confitures (pêche, cerise, tomate). La purée de tomates (domates salçasý) est souvent fabriquée artisanalement  par les paysannes des alentours, tout comme les pickles de piments doux et de poivrons.  


Fameuses tomates des Dardanelles et piments doux de Turquie


Concours de voile lors du festival de la Cerise


Ligne Lapseki - Gallipoli

La place aux sports est aussi importante à Lapseki. Son équipe de volleyball et celle de volleyball de plage sont connues dans tout le pays.
Chaque année un concours de natation est organisé à travers le détroit, de Gallipoli (Gelibolu) à Lapseki. On pratique également la voile, notamment pendant le festival de la Cerise
une épreuve est organisée.
L’arrière-pays est assez sauvage et permet aux randonneurs de magnifiques balades dans les collines de Troade.


Fête des Tziganes au mois d'août

A quelques kilomètres de Lapseki se trouve le joli village de Çardak fondé par les Ottomans au XVe siècle. Le village commande l’entrée d’une presqu’île pourvue de belles plages.
Depuis presque 280 ans, Çardak est le théâtre d’une fête de lutte turque (Çardak yaðlý Pehlivan güreþleri), qui a lieu en juillet. Depuis quelques années, la municipalité organise également des combats de chameaux, en février.


Vue du ciel

Le front de mer

Le front de mer

Vers la place

Fête de lutte

Fête de lutte

Combat de chameaux

A la plage


Les sites de Troade

 

gallipolimap.jpg (13439 octets)

Hébergement près de ce site
Week-ends autour d'Istanbul / Région Marmara / Egée du Nord / Hébergement ailleurs en Turquie

Ne copiez pas ce texte


Infos générales Istanbul / Infos générales Turquie occidentale  / Visiter Istanbul

 
   

IstanbulGuideNet sur
roxanephoto.jpg (1795 octets)    

 

istanbul Guide.net

1999-2013 © Copyright Istanbulguide.Net - R. Tomaselli
Aucune contrefaçon ne sera tolérée y compris pour
les pages qui ne sont plus affichées sur notre site
Sauf mention contraire, photos : Roxane Photo http://www.istanbul-photos.com/
D'autres photos sont disponibles également pour le journalisme sous :
http://www.istanbul-photos.com/photos.php
 -
http://www.turquie-photos.com/ et http://www.turquie-photos.com/photos.php

Adresse postale : Bahtiyar Sokak 2/6, Nişantaşı

Quel que soit votre pays, vous avez le choix entre des tomates hybrides F1 ou des variétés naturelles au goût d'antan
En quelques clicks, découvrez des variétés autochtones
étonnantes

Paudex

Ananas Noir

Ananas d'Italie

Village

Géante Belge

Ananas Vert

Des variétés du monde entier :

Les Amis de la Tomate sur
En plantant ces variétés anciennes dans son potager, sur sa terrasse ou son balcon, on contribue a sauver la biodiversité tout en s'opposant a la manipulation génétique a but commercial