Musées
Palais
Mosquées
Eglises
Restaurants
Sports
Plages
Enfants


Centre d'Istanbul

Premier voyage à Istanbul
Low cost et vols de ligne
Hébergement
A voir / A faire

Visites guidées
Location de voitures  
Plans de ville et quartiers
Plan métro et tramway

Visites de quartier en groupe
Bosphore - Iles des Princes
Thrace - Dardanelles - Troade
Carte Turquie Ouest

Région Sud Marmara - Bursa
Musique en Turquie
Forum du site sur Facebook
Recherches

       
La Turquie : N'en rêvez plus... Allez-y !
       


Ören


Eolie
Golfe d'Edremit


 

 

 


Site antique d'
Adramytteion - Ville d'Edremit

Thébé - Ören - Burhaniye

Autres noms : Adramyttion, Adramyttium, Άδραμύττιον, Adramyti, Eski Edremit

Le site d’Adramytteion est à 2 km à l’ouest de la ville moderne de Burhaniye, au lieu-dit Karataþ Mevkii. Il est possible que la ville antique ait été fondée par les Pélasges et portait le nom de Pélagos, mais selon Etienne de Byzance, c’est Adramys, fils du roi Alyatte II et frère de Crésus, qui aurait donné son nom à Adramytteion.

La ville est mentionnée par Homère dans l’Iliade.

En 422 avant J.C. le satrape perse de Daskyleion autorise l’installation des réfugiés de Délos chassés par les Athéniens. Les Perses massacrent la population grecque de la ville en 411 avant J.C.

Dans le Nouveau Testament, Adramytteion (Adramyttium) est mentionnée comme port d’embarquement de saint Paul vers Rome.

 

Embarquement de saint Paul par les Romains à Adramyttium (Johann Christoph Weigel, 1695)

La ville moderne d’Edremit a été reconstruite après la destruction de l’antique Adramytteion. Elle forme un évêché depuis 431 (mentionné au Concile d’Ephèse).

En 1090 elle est détruite par les Seldjoukides, mais à nouveau reconstruite un siècle plus tard par les Byzantins. Les Génois la pillent en 1197, puis elle tombe aux mains des Croisés latins en 1205 qui n’arrivent pas à l’annexer à l’Empire latin de Constantinople. Elle est encore saccagée par les Latins en 1213 et en 1214. Les Ottomans l’annexent en 1334.
La ville reste ottomane et cosmopolite avec ses minorités grecque, arménienne et juive, jusqu'à la Première guerre mondiale. Les Grecs occupent Edremit et toute la région entre 1920 et 1922. Elle est libérée par l’armée républicaine et devient turque à la proclamation de la République en 1923 sous le nom officiel d’Edremit (jusque là, Adramyti).


Fouilles du site antique en 2012

Dans la littérature moderne, le site d’Adramytteion apparaît dans une publication de Corneille de Bruin à Paris en 1725. Plusieurs voyageurs du nord de l’Europe en font également mention au siècle suivant (Texier, Prokesch, Pouqueville), mais ce n’est qu’en 1888 qu’Heinrich Kiepert localise avec précision le site antique à 12 km de la ville moderne d’Edremit.


Fouilles en 2013

Fondations d'une église découvertes en 2012

Les premières recherches scientifiques ont été effectuées à partir de 1997 seulement. Les fouilles se sont poursuivies en 2001-2007 et ont repris en 2012.  

Depuis 2012, les fouilles financées par la municipalité de Burhaniye et dirigées par l’université des Beaux-arts Mimar Sinan d’Istanbul et par l’université de Sakarya, ont permis de mettre à jour des structures faisant mieux comprendre le site, ainsi que les fondations d’une église. De nombreux objets en céramique ont également été découverts, ainsi que des vases, des statuettes et des ustensiles.


Dans la géographie ancienne, la région d’Adramyttion était appelée Cilicie de Troade. Plusieurs villes antiques y étaient plantées (Thébé, Lyrnessos, Astyra, Chrysa)  ainsi que des lieux sacrés (temple d’Apollon Cilléen, tombeau de Cillus, temple de Diane Astyrène, le bois sacré de Chrysa). Tout n’a pas encore été identifié.
Strabon pense que Cillus, ancien conducteur du char de Pélops, qui régna sur la région, aurait pu donner son nom à la Cilicie de Troade.  

Thébé

Autres noms : Thébé Hypoplacie, Thèbe sous le Placos, Θήβη Ὑποπλακίη, Tebai, Tepeoba

Selon la légende, Thébé est fondée par Héraclès qui lui donne son nom en souvenir de sa patrie, Thèbes en Béotie. Elle est prise et pillée par les Grecs pendant la guerre de Troie. Achille tua le roi de Thébé et ses sept fils.
Homère en fait mention dans l’Iliade et parle de deux temples qui se trouvaient à proximité : celui d’Apollon à Chrysa et celui de Cilla.
 

Le site n’a jamais été fouillé scientifiquement, mais des relevés de surface ont été effectués à plusieurs reprises. La nécropole semble particulièrement intéressante et d’ailleurs, elle a été victime plusieurs fois des pilleurs ces dernières années.

Une partie du site a été menacé par l’exploitation d’une mine de cuivre. Les associations de protection de la nature et la population locale s’y sont opposées avec succès en 2010.

On peut accéder au site de Thébé en passant par Havran. Il se trouve à 15 km du bourg, près du village de Tepeoba.


Principaux sites antiques de Mysie et de Lydie


Vue générale sur la vieille ville d'Edremit

Edremit

De nos jours la ville d’Edremit compte 50 000 habitants. Depuis le début du XXe siècle elle dispose une petite industrie, mais sert toujours de centre agricole pour la région qui est très fertiles. L’huile d’olive est également exploitée et passe pour l’une des meilleures de Turquie. Le tourisme est inexistant en ville-même et se concentre à Ören qui est à 12 km, surtout en ce qui concerne le balnéaire, car l’arrière-pays offre des possibilités intéressantes pour la randonnée.


Musée Ethnographique
 

Edremit vers 1930

Edremit vers 1930

Depuis les années 1930, la ville d’Edremit possède de très jolis jardins publics. Malgré la proximité de plusieurs sites anciens, Edremit ne dispose pas de musée important. Le petit musée Ethnographique, en face du parc Faruk Serpil, expose surtout des objets en rapport avec la vie des Turcs d’Anatolie au XVIIIe et XIXe siècles.


Centre-ville

Faruk Serpil Parký

Ören

Ören, à 10 km à l’ouest d’Edremit, est une station balnéaire qui dépend de la ville de Burhaniye, à l’intérieur des terres. Depuis quelques années, elle est devenue très populaire pour sa très longue plage de sable fin. Le site de l'antique Adramytteion se trouve à l'entrée d'Ören depuis Burhaniye


La plage d'Ören


Ören - le Luna Park

Burhaniye

Burhaniye est une ville industrielle qui n’a pas d’intérêt touristique majeur. Autrefois, son nom était Kemer, en référence à l’aqueduc romain toujours visible, mais au XIXe siècle, elle prit le nom de Burhaniye en l’honneur du prince Burhanettin, fils d’Abdülhamid II. La ville a connu un développement sous le Beylik des Karesioðullarý et sous les Ottomans. Sa principale industrie est, comme dans toute la région, l’huile d’olive.


Burhaniye - l'ancien quartier grec

Dans les collines tout autour de Burhaniye, jusqu’à Havran, on a découvert d’innombrables lieux de cultes préhistoriques et protohistoriques. Les sites se présentent sous diverses formes, notamment taillés dans les rochers, construits (citernes, canaux, piscines de sacrifices) ou des cavernes. Les principaux sites sont à proximité des villages de Dutluca, Kuyumcu, Börezli, Karadere, Tayheli, Deliktaþ, Kýrtýk, Ýnkaya et Bahadýnlý.


Village de Hisar et reste du château byzantin

Le village de Hisar, dans les environs de Havran, possède un château de l’époque byzantine, avec trois tours et des restes de remparts. Près du château, on peut également voir des autels cultuels taillés dans le roc, deux réservoirs et une grotte qui avaient des buts religieux.

Burhaniye en images :


Mosquée Hanay

Fromage de chevre au thym

Les lokmas de Burhaniye

Le port et le Mont Ida

Le vieux quartier grec

Savons neturels aux olives

Les figues de Burhaniye sont connus pour leur bonne qualité

Marché bio du lundi

Idée cadeau

Deliklitaþ

Des huiles d'olives de plusieurs variétés

Vinaigre de grenade


Groupe folklorique au Festival de l'Huile d'olive


Municipalité de Burhaniye
voir détails

 

golfeedremit04.jpg (6792 octets)

Hébergement près de ce site
Week-ends autour d'Istanbul / Région Marmara  / Hébergement ailleurs en Turquie

Ne copiez pas ce texte

 

Infos générales Istanbul / Infos générales Turquie occidentale  / Visiter Istanbul
 
   

IstanbulGuideNet sur
roxanephoto.jpg (1795 octets)    

 

istanbul Guide.net

1999-2013 © Copyright Istanbulguide.Net - R. Tomaselli
Aucune contrefaçon ne sera tolérée y compris pour
les pages qui ne sont plus affichées sur notre site
Sauf mention contraire, photos : Roxane Photo http://www.istanbul-photos.com/
D'autres photos sont disponibles également pour le journalisme sous :
http://www.istanbul-photos.com/photos.php
 -
http://www.turquie-photos.com/ et http://www.turquie-photos.com/photos.php

Adresse postale : Bahtiyar Sokak 2/6, Nişantaşı

Quel que soit votre pays, vous avez le choix entre des tomates hybrides F1 ou des variétés naturelles au goût d'antan
En quelques clicks, découvrez des variétés autochtones
étonnantes

Paudex

Ananas Noir

Ananas d'Italie

Village

Géante Belge

Ananas Vert

Des variétés du monde entier :

Les Amis de la Tomate sur
En plantant ces variétés anciennes dans son potager, sur sa terrasse ou son balcon, on contribue a sauver la biodiversité tout en s'opposant a la manipulation génétique a but commercial