Istanbul : N'en rêvez plus... Allez-y !
       

Choisir son type de voyage  et où loger ?
 

Maintenant que vous avez mis de côté les préjugés démodés, vous pouvez commencer à vous intéresser aux richesses humaines, historiques et monumentales de la Ville des villes.
Que voir ? Que faire ? Difficile à donner des priorités, car les goûts des voyageurs varient aussi bien que le type du voyage lui-même. Si vous avez choisi une formule «all inclusive», laissez votre guide vous emmener voir en vitesse les principaux monuments et les magasins qui donnent des commissions. Vous n’aurez rencontré aucun stambouliote, mais saurez tout sur les tapis. Par contre, si vous avez choisi de voyager «intelligent», essayer de composer un cocktail de musées, mosquées, marchés en n’hésitant pas à varier les quartiers qui peuvent être complètement différents les uns des autres.
Mais en premier lieu, il s’agit de savoir dans lequel de ces innombrables quartiers, il faut loger. Là encore, tout dépend de ce que l’on recherche. Plusieurs guides conseillent de loger dans le quartier de Sultanahmet à deux pas de Sainte-Sophie. Est-ce vraiment pour avoir ses repères religieux ou pour rester entre touristes ? En tous les cas, ce n’est pas pour rencontrer des Stambouliotes. En effet, le quartier n’est pas habité et on y trouve que des magasins et des restaurants pour touristes, ainsi que des hôtels, pas forcément de classe. Sultanahmet se trouve bien dans la vieille ville, mais ne couvre que 3% de la totalité de l’Istanbul historique.

Si l’on préfère le calme à la tempête mercantile, on pourra choisir un quartier dans le centre historique, mais loin des cars de touristes à chapeaux fleuris. Laleli, Sehzadebasi et la partie Est d’Aksaray, présentent l’avantage d’être centraux, mais le désavantage de ne pas être habités non plus. En effet, cette zone de la vieille ville est consacrée au commerce, particulièrement du textile. La partie ouest d’Aksaray, qui se poursuit avec les quartiers de Findikzade, Haseki et Vatan, est habitée par les classes moyennes et bien desservie par les transports en commun (bus, tram, métro). Architecturalement, ce n’est pas merveilleux, mais on y trouve tous les avantages d’un quartier peuplé : supermarchés, restaurants de toutes classes, services, etc.
Toujours dans la vieille ville, les quartiers de Fener, Balat (Corne d'Or) et Samatya, ont conservé de nombreuses maisons anciennes, dont une partie est restaurée. Quartiers populaires et riches en histoire, ils conviennent bien à ceux qui veulent une immersion dans la vie stambouliote, tout en étant au calme. Malheureusement, ces quartiers ne contiennent que peu d’infrastructures hôtelières, sauf quelques hôtels de charme et quelques appartements à louer.
Dans le centre historique d’Istanbul, la zone la plus recommandable est sans doute celle des anciens quartiers latins de Galata et de Péra. Non seulement ces deux grands quartiers sont habités, mais c’est aussi là, que beaucoup de Stambouliotes vont passer leurs soirées. Tout en offrant une animation continue, les deux quartiers historiques, qui se divisent en d’innombrables sous-quartiers, ont conservé des zones calmes et tranquilles. A Péra comme à Galata, les hôtels très bon marché, type auberge de jeunesse n’existent presque pas. Il s’agit plutôt d’hôtels entre 3 et 4*, ainsi que des hôtels de charme. On y trouve aussi des appart-hôtels ou des appartements de vacances. C’est le haut lieu des soirées stambouliotes et on y trouvera facilement des boîtes, des restaurants, des cafés ainsi que des théâtres, cinémas, salles de concert et l’opéra. Plusieurs rues bohèmes, se situent du côté de Tünel, ce qui donne un charme certain à la « colline des Latins ». Du côté des transports en commun, les deux quartiers sont bien desservis par les bus, le métro, le tram ainsi que par un vieux tram qui traverse Péra et le vieux funiculaire qui relie le pont de Galata à la place du Tünel. Depuis ces deux quartiers, il est également aisé de rayonner à pied vers le palais de Dolmabahçe (en empruntant le funiculaire Place Taksim-Kabataş), le bazar Egyptien et certains musées, dont le tout nouveau musée d’Art Moderne.
Certains préféreront loger en dehors du centre historique afin de profiter des hôtels de luxe classés 5* ou pour s’immerger dans la frange de la population stambouliote qui n’a aucun contact avec le tourisme de masse. A Taksim, Elmadağ, Harbiye, Maçka et Beşiktaş, on trouvera essentiellement des hôtels de luxe, sauf pour Taksim où l’on trouve également des hôtels 3 et 4*. Du côté de ŞişliBomonti et Ortaköy, on trouve des hôtels toutes catégories, tandis que le tourisme d’affaire se concentre dans les banlieues de Yeşilköy (San Stefano), Levent, Ulus ou Maslak.

Enfin, sur la côte anatolienne du Bosphore, les quartiers d’Üsküdar, de Kadiköy, Moda, Kalamiş, Bostancı, Kartal ont aussi des infrastructures hôtelières de toutes catégories et notamment dans les alentours de l'aéroport Sabiha Gökçen.

A noter aussi que le tourisme estival est attiré par les rives du Bosphore, parfois de la Corne d'Or, et l’on trouve des hôtels dans les villages des deux côtés du détroit, même assez éloignés du centre. Idem pour les îles des Princes et les côtes de la mer de Marmara.

Ne copiez pas ce texte

Page précèdente ; les préjugés

 

Page suivante : les priorités

 

Visites guidées
Bosphore - Iles des Princes

Plans de ville et quartiers
Hébergement
Premier voyage à Istanbul
Musées
Palais
Mosquées
Eglises

A voir / A faire
Plan métro et tramway
Thrace - Dardanelles
Carte Turquie Ouest

Forum FB en français
Recherches


Centre d'Istanbul

 

istanbul Guide.net

1999-2016 © Copyright Istanbulguide.Net - R. Tomaselli
Aucune contrefaçon ne sera tolérée y compris pour
les pages qui ne sont plus affichées sur notre site
Sauf mention contraire, photos : Roxane Photo www.roxanephoto.com

  Goûtez les variétés anciennes de tomates turques
pendant votre séjour ou mieux, plantez et récolez
ces merveilleuses tomates chez vous