Musées
Palais
Mosquées
Eglises
Restaurants
Sports
Plages
Enfants


Centre d'Istanbul

Premier voyage à Istanbul
Low cost et vols de ligne
Hébergement
A voir / A faire

Visites guidées
Location de voitures  
Plans de ville et quartiers
Plan métro et tramway

Visites de quartier en groupe
Bosphore - Iles des Princes
Thrace - Dardanelles - Troade
Carte Turquie Ouest

Région Sud Marmara - Bursa
Musique en Turquie
Forum stambouliote en français
Recherches

       
Istanbul : N'en rêvez plus... Allez-y !
       


Attila nous rappelle que l'un des plus
grands empires d'Europe fut turc

Les Turcs

 

 

 

 

Aujourd’hui, le mot « Turc », désigne les citoyens de la République turque.

Autrefois (avant 1923), ce même mot désignait péjorativement les musulmans de l’Empire ottoman. Il est encore utilisé péjorativement de nos jours, souvent pour créer volontairement une confusion et un amalgame avec les citoyens de la République turque. Dans la plupart des dictionnaires et dans beaucoup de livres d’histoire relatant la Ière guerre mondiale par exemple, il est encore fréquent de lire « l’armée turque, la Turquie, les Turcs, etc. », alors qu’il s’agissait des Ottomans. La propagande anti-ottomane des Occidentaux, qui a débuté avant 1914, continue à désinformer l’opinion publique, encore de nos jours.

Avant 1923, dans l’Empire ottoman, un Albanais, un Slave, un Bulgare, un Grec ou un Arménien de confession musulmane, devenait un Turc aux yeux des chrétiens de l’empire ou d’Occident.

D’abord utilisé pour désigner les peuples turcs lors des invasions barbares du IVe et Ve siècle, sur l’Empire romain d’Occident (les Huns, les Hongrois, les Bulgares), le mot « turc » a, par la suite servit à désigner uniquement les peuples turcs de religion musulmane (à partir des croisades). Les peuples turcs qui sont passés à la religion chrétienne (à l’origine tous les peuples turcs étaient chamanistes), ne devaient plus être qualifiés de Turcs. C’est le cas des Hongrois (famille turque), des Coumans, des Petchenègues, des Bulgares, des Karamanides, des Gagaouzes, et aussi des Khazars et des Karaïtes, ayant acceptés la religion juive.
Comme les peuples indo-européens, les peuples turcs sont présents un peu partout dans le monde, mais surtout en Europe et en Asie, de la Hongrie à la Chine. Ils ne forment pas une unité, ni par la religion, ni par la langue, ni par l’aspect physique.

En Europe, les peuples turcs sont traditionnellement présents (depuis le IVe siècle, dans certaines régions), en Hongrie, en Serbie, au Monténégro, en Albanie, en Bosnie et en Herzégovine, en Grèce, en Bulgarie, en Roumanie, en Transnistrie, en Moldavie, en Ukraine, en Russie, en Turquie, à Chypre, en Macédoine et en Slovaquie. Il reste quelques foyers karaïtes (juifs) en Pologne, Lituanie, Autriche, Biélorussie et dans le Caucase.

En Turquie, les origines ethniques ou religieuses ne rentrent pas en considération pour désigner le citoyen. La nationalité turque existe depuis la création de l’Etat, en 1923.  

Les peuples turcs d’Europe
Comme les Indo-européens, les peuples turcs sont originaires d’Asie. Leur première apparition en Europe remonte au IIIe ou IVe siècle, quand des tribus envahissent les steppes de Russie du Sud. C’est néanmoins au Ve siècle que leur présence devient réellement importante et qu’ils créent un empire, couvrant toute l’Europe orientale et une partie de l’Europe occidentale. L’apogée de l’Empire hunnique, aura lieu sous le règne d’Attila.
Vers 550, d’autres peuples turcs déferlent sur l’Europe orientale, notamment dans les Balkans du Sud, jusqu’en Grèce : les Ouïgours, les Khounis, les Outigours et les Koutrigours. Jusque là, ces peuples turcs étaient installés Outre-Danube, dans les territoires de Norique.
Au VIIe siècle, un puissant empire se dresse dans les territoires jouxtant la mer d’Azov : l’empire des Khazars. Ce peuple turc, qui adopte la religion juive, repousse un autre peuple turc, les Bulgares, vers l’Ouest, avant de disparaître au XIe siècle, sous l’invasion russe. Les Bulgares s’installent sur le Danube vers 640. Moins de dix ans plus tard, première attaque bulgare contre l’Empire byzantin à Odessos (Varna). Les Bulgares, s'établiront définitivement en Thrace à partir du VIIIe siècle et seront perpétuellement en guerre contre tous leurs voisins.

De 775 à 780, un turc règne sur l’Empire byzantin : Léon IV est Khazar.
Vers 860, les missionnaires constantinopolitains, évangélisent les tribus turques installées sur le Vardar et en Grande Moravie. Un alphabet est mis au point pour traduire la bible dans les langues locales (cyrillique).
Vers 880, apparition des Hongrois, sur le Danube qui est un peuple apparenté aux Turcs. Puis vers 910, un autre peuple turc, les Petchenègues, s’installe sur le Dniepr de façon permanente.

En 1048, deux peuples turcs attaquent simultanément l’Empire byzantin. Les Petchenègues à l’Ouest et les Seldjoukides à l’Est. Les Seldjoukides sont l’un des premiers peuples turcs musulmans qui apparaît dans la région. Jusque là, les peuples turcs étaient chamanistes ou, pour les Khazars, juifs.

En 1059, Le khan seldjoukide Toghroul est proclamé émir de Bagdad.
De 1064 à 1069, les armées seldjoukides prennent Ani, en Arménie, s’avancent jusqu’à Edesse, prennent le Pont et pénètrent en Cappadoce, jusqu’à Césarée (Kayseri). Dans le même temps, Les Ouïgours et les Coumans passent le Danube et ravagent la Macédoine et la Thessalie. Constantin X, en installe une partie en Macédoine à la suite d’un traité passé avec leurs chefs.
Le 26 août 1071, bataille de Mantzikert contre les Seldjoukides de Alp Arslan. L’armée byzantine est défaite, l’empereur est capturé et doit payer un lourd tribut annuel. Une paix de 50 ans est signée. Les tribus turcomanes s’installent définitivement en Asie Mineure.

Dès 1078 et jusqu’en 1360, les Danichmendies contrôlent la Cappadoce. Cette dynastie turco-musulmane gardera le grec comme langue officielle.
Vers la fin du XIe siècle, les Seldjoukides sont de plus en plus nombreux en Asie Mineure, attirés par les différents clans romains qui les emploient comme mercenaires, tout comme les Normands, les Coumans et les Petchenègues. Certains vivent en Roumélie ou en Anatolie, totalement indépendants.

En 1091, les Petchenègues s’allient à l’émir de Smyrne et au sultan de Nicée. Ils envahissent la Thrace et sont battus à Ænos par l’armée impériale d’Alexis Comnène. Les Petchenègues sont quasiment exterminés, les survivants sont enrôlés dans l’armée ou tombent en esclavage.

Vers 1280, naissance de l’Empire ottoman en Phrygie. En moins de 100 ans, cet Etat deviendra la principale puissance européenne, s’étalant de l’Albanie au Danube et des Dardanelles à la Bithynie, avec sa capitale Andrinople (Edirne), en Thrace. Il comprendra des dizaines de peuples et de langues. La classe dirigeante se réclamera de l’islam hétérodoxe, et la majorité de la population sera chrétienne orthodoxe à la veille de la Conquête de l’Asie Mineure et, plus tard, de Constantinople (1453).

 

 

Ne copiez pas ce texte

Index "People"
 
Religions / Communautés en Turquie /
Musique de Turquie


Palais / Mosquées / Eglises / Synagogues / Musées / Mausolées / Couvents de derviches Ruines byzantines / Cimetières Yalı / Visite guidée du quartier / Autres quartiers

Aidez-nous à améliorer cette page

 

istanbul Guide.net

1999-2012 © Copyright Istanbulguide.Net - R. Tomaselli
Aucune contrefaçon ne sera tolérée y compris pour
les pages qui ne sont plus affichées sur notre site
Sauf mention contraire, photos : Roxane Photo http://www.istanbul-photos.com/
D'autres photos sont disponibles également pour le journalisme sous :
http://www.istanbul-photos.com/photos.php
 -
http://www.turquie-photos.com/ et http://www.turquie-photos.com/photos.php

Adresse postale : Bahtiyar Sokak 2/6, Nişantaşı