Musées
Palais
Mosquées
Eglises
Restaurants
Sports
Plages
Enfants


Centre d'Istanbul

Premier voyage à Istanbul
Low cost et vols de ligne
Hébergement
A voir / A faire

Visites guidées
Location de voitures  
Plans de ville et quartiers
Plan métro et tramway

Visites de quartier en groupe
Bosphore - Iles des Princes
Thrace - Dardanelles - Troade
Carte Turquie Ouest

Région Sud Marmara - Bursa
Musique en Turquie
Forum du site sur Facebook
Recherches

       
La Turquie : N'en rêvez plus... Allez-y !
       


Oreste et Pylade
La mère d’Oreste, Clytemnestre aidée par son amant Egisthe, avait assassiné à Mycènes son père Agamemnon rentrant de la guerre de Troie. Oreste se réfugia chez son oncle en Phocide et se lia d’amitié avec son cousin Pylade.

Thrace

 

Edirne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Edirne,
autres noms : Andrinople, Hadrianopolis, Orestias, Orestiada, Uscudama, Ouscoudama.


Statue colossale d'Hadrien découverte en 2008 sur le site de Sagalassos

Selon la légende, on attribue la fondation de la ville à Oreste, le fils d’Agamemnon, qui lui donna le nom Orestiada. Une autre légende dit, qu’au milieu du confluent des trois fleuves que sont l’Ardiscos, le Tonsos et l’Hebros (Arda, Tunca et Meriç), vivaient les Nymphes appelées Orestiades, nom donné à l’endroit par la suite.
Plus vraisemblablement, la ville a été fondée par la tribu thrace des Odryses, qui lui ont laissé leur nom et qui en ont fait leur capitale.

En 513 av. J.C., l’armée du roi perse Darius, s’empare de la Thrace, mais la péninsule de Gallipoli ne sera prise qu’en 492 par Xerxès. Pendant quelques années, les Odryses arrivent à se libérer des Perses et fondent un royaume allant du fleuve Hebros jusqu’à Varna (aujourd’hui en Bulgarie). Mais Philippe II de Macédoine s’en empare en 342 av. J.C., puis Alexandre-le-Grand annexe toute la Thrace en 335. Après la mort d’Alexandre, la région revint à son général Lysimaque, qui établira sa capitale à l’entrée de la péninsule de Gallipoli, à Lysimacheia.

La ville fut attaquée et pillée en 240 avant J.C., par des Barbares venus de Gaules, les Galates, qui finiront par aller s’établir en Asie Mineure, près d’Ancyre (Ankara).
La Thrace devient romaine en 45, à l’époque de Claudius. L’empereur Hadrien, fortifia l’ancienne ville d’Orestiada et lui donna son nom : Hadrianopolis. La ville devait devenir le chef-lieu de la province romaine de Thrace et connaître un réel développement, malgré les nombreuses invasions qui l’attendaient

.

Province romaine de Thrace

En 378, les Goths attaquèrent l’Empire romain sur plusieurs faces. Hadrianopolis était sur la route menant à la capitale, Constantinople. Les Romains défendirent la place, mais l’empereur Valens y péri. Les Goths s’établirent plus au nord, dans l’actuelle Bulgarie. En 441 et 447, ce sont les Huns qui pillèrent toute la Thrace, puis les Avars en 550, qui détruisirent la ville.

Au IXe siècle, les Bulgares s’en emparent et les Byzantins doivent organiser plusieurs expéditions pour la libérer. En 1018, ce sont les Petchenègues qui pillent toute la région et qui s’installent aux portes d’Hadrianopolis. En 1096, Godefroy de Bouillon et son armée, saccagent cette ville chrétienne au nom de la Croisade contre les infidèles…


Edirne - remparts romains

Les Ottomans profitèrent des querelles dynastiques des Byzantins, pour conquérir la Thrace. Hadrianopolis devint ottomane en 1362, sous Murat Ier, et une année plus tard, elle devint la capitale de ce qui allait être le plus puissant Etat d’Europe : l’Empire ottoman.

A l’époque ottomane, la ville se couvrit de somptueux bâtiments. Palais, mosquées, caravansérails, bains, mais c’est surtout son commerce qui se développa, surtout après la conquête de la Macédoine et du sud des Balkans. La ville devait opulente, tandis que différentes communautés se côtoyaient. Bulgares, Grecs, Latins, Arméniens, juifs, vivaient en bonne entente avec les musulmans. Edirne – Andrinople, resta capitale jusqu’en 1455, puis Constantinople lui ôta ce rôle.


Vilayet d'Andrinople à
l'époque ottomane (1910)


Centre-ville d'Edirne début du XXe s.

Edirne devait connaître deux catastrophes au cours du XVIIIe siècle. En 1745, un incendie détruisit une grande partie de la ville, et en 1751, un séisme acheva de déparer la ville de ses somptueux bâtiments.

En 1829, la ville fut occupée par les Russe qui faisaient pression sur les Ottomans, afin que ce
ux-ci donnent l’indépendance à la Morée, qui sera proclamée en 1830 sous le nom de « royaume de Grèce ». Sous l’occupation russe, toute la population musulmane de la ville fut expulsée. A la libération, le sultan Mahmut II, fit reconstruire la ville qui était quasiment en ruine.

En 1878, Edirne fut occupée à nouveau par les Russes, qui soutenai
ent cette fois-ci, l’indépendance de la Bulgarie et de la Roumélie orientale. Après le traité de San Stefano, révisé par le traité de Berlin où d’autres pays réclamaient leur part du gâteau, Edirne fut libérée.

Les Bulgares, les Grecs, les Serbes et les Monténégrins, attaquèrent ensembles l’Empire ottoman en 1912, chacun pour élargir son territoire. Ce sont les Bulgares qui arrivèrent les premiers à Edirne, mais une contre-offensive ottomane, permit de libérer la ville détruite, en 1913. Edirne dut encore subir une occupation, celle des Grecs, entre 1920 et 1922, mais après le traité de Mudanya, Edirne était de nouveau libre.


Carte de la région en 1912


Siège d'Edirne par les troupes bulgares en 1912


Armée serbe - siege d'Edirne

La frontière entre la Bulgarie, la Grèce et la nouvelle République turque, fut fixée à proximité de la ville et Edirne perdit son arrière pays. La population hellénophone de la ville et de son faubourg d’Orestiada - Karaağaç, s’établit de l’autre côté du fleuve Meriç et fonda une nouvelle ville portant le nom de Nea Orestiada, à quelques kilomètre seulement. Des musulmans de Grèce et de Bulgarie, furent nombreux à s’installer à Edirne, après 1923.

edirnebeyazit.jpg (10861 octets) edirnebeyazit1.jpg (12714 octets) edirneucserefli.jpg (9256 octets) edirneselimiyecamiibazar03.jpg (15105 octets)
edirneselimiye01.jpg (10249 octets)
Grande synagogue
(photo : Şalom Gazetesi İstanbul)
edirneselimiye.jpg (10749 octets) edirnecaravanserail01.jpg (11147 octets)
kirkpinar.jpg (15893 octets)

Selon les statistiques ottomanes de 1908, la population d’Andrinople se composait de 30 000 musulmans (Turcs, Circassiens, Albanais, Tziganes et autres), de 22 000 Grecs ou hellénophones,  de 12 000 juifs, de 10 000 Bulgares, de 4 000 Arméniens et de 2 000 « non classables ».


Mosquée Selimiye

Centres d’intérêt :
Malgré les désastres successifs que connut Edirne, il reste quand même beaucoup de témoins architecturaux de son passé et la ville peut se flatter de posséder l’une des plus belles mosquées de Turquie, celle de Selimiye. Elle fut construite par le célèbre architecte Mimar Sinan, entre 1569 et 1575, à la demande du sultan Selim II.
Elle constitue la perfection en matière d’architecture religieuse ottomane.
La mosquée Yildirim Beyazit est la plus ancienne de la ville. Elle a été construite entre 1403 et 1414 par l’architecte Haci Alaeddin de Konya. L’édifice est carré et recouvert de neuf coupoles, sa décoration est pourvue de céramiques monochromes.
Construite en 1436 pour le sultan Murat II, la mosquée Muradiye est décorée de belles céramiques et est entourée de plusieurs dépendances, comprenant des écoles et un bain.
La mosquée Üç Şerefli a été construite sous le sultan Murat II, entre 1439 et 1447. C’est l’une des plus belles mosquées de la ville.
Le complexe du Sultan Bayazit se situe sur les bords de la rivière Tunca. Il est composé d’une mosquée, d’une maison de santé, d’une école religieuse, d’un asile, d’une imprimerie, d’un moulin et d’un bain. On y accède par un pont qui fut construit en 1484, en même temps que le complexe.
La maison de santé est particulièrement intéressante, puisque l’on y traitait les malades mentaux en leur faisant écouter de la musique. Dix musiciens et plusieurs chanteurs étaient à leur service. On utilisait aussi l’aromathérapie, chose exceptionnelle au Moyen Age et totalement innovatrice en Europe.
De la forteresse d’Hadrien, il ne reste aujourd’hui, qu’une seule tour. Le reste ayant été détruit au milieu du XIXe siècle. La tour comporte une horloge, ajoutée en 1870.
Plusieurs ponts méritent une attention particulière, à Edirne ou en périphérie.  Le plus ancien est celui de Michel Paléologue construit au XIIIe siècle et restauré en 1420. Le pont de Sabahettin Pacha (Saraçhane) date de 1451 et comporte douze arches et onze piliers.
D’autres ponts sont aussi intéressants, dont ceux de : Kemankes Kara Mustafa Pacha (1640), pont de Fatih (1452), pont de Soliman (1560), construit par Sinan, pont Ekmekcizade Ahmet Pacha (1608) ou le Yeni Köprü, construit en 1842.
le caravansérail de Rüstem Pacha, est un bel exemple d’architecture ottomane. Il date du XVIe siècle.


Edirne - église orthodoxe Saint-Dimitri

Edirne - église bulgare St Georges

Edirne - Eglise bulgare St Constantin et Ste Hélene



Restauration de la Grande Synagogue (2012)

Kirkpinar
Plusieurs légendes sont à l’origine des fêtes de lutte qui ont lieu chaque année au mois de juin à Kirkpinar, non loin de la ville. A l’origine, c’est le sultan Murat Ier qui instaura un gymnase où on y pratiquait la lutte, le tire à l’arc, le lacé du javelot, entre autres. Les premières fêtes de lutte avaient lieu sur un terrain à l’ouest d’Edirne, actuellement en Bulgarie. La lutte turque a une réputation mondiale. 

thrace02.jpg (8786 octets)

Hébergement près de ce site
Week-ends autour d'Istanbul / Région Marmara  / Hébergement ailleurs en Turquie

Ne copiez pas ce texte

 

Infos générales Istanbul / Infos générales Turquie occidentale  / Visiter Istanbul

 
   

IstanbulGuideNet sur
roxanephoto.jpg (1795 octets)    

 

istanbul Guide.net

1999-2013 © Copyright Istanbulguide.Net - R. Tomaselli
Aucune contrefaçon ne sera tolérée y compris pour
les pages qui ne sont plus affichées sur notre site
Sauf mention contraire, photos : Roxane Photo http://www.istanbul-photos.com/
D'autres photos sont disponibles également pour le journalisme sous :
http://www.istanbul-photos.com/photos.php
 -
http://www.turquie-photos.com/ et http://www.turquie-photos.com/photos.php

Adresse postale : Bahtiyar Sokak 2/6, Nişantaşı

Quel que soit votre pays, vous avez le choix entre des tomates hybrides F1 ou des variétés naturelles au goût d'antan
En quelques clicks, découvrez des variétés autochtones
étonnantes

Paudex

Ananas Noir

Ananas d'Italie

Village

Géante Belge

Ananas Vert

Des variétés du monde entier :

Les Amis de la Tomate sur
En plantant ces variétés anciennes dans son potager, sur sa terrasse ou son balcon, on contribue a sauver la biodiversité tout en s'opposant a la manipulation génétique a but commercial